Couverture Les années cerises

L'histoire : 4ième de couverture : A l'école, on l'appelle l'Anéanti. Pas seulement parce qu'il collectionne les zéros : sa maison, à l'écart du village, est menacée d'être engloutie par une falaise qui s'effrite peu à peu. Et alors que tous - autorités, voisins, famille - conseillent à ses parents de déménager le plus rapidement possible, ils s'accrochent à leur chez-eux. La mère surtout, qui ne se soucie guère de rassurer son fils et distribue les claques plus facilement que les câlins. C'est dehors que le jeune garçon trouve de l'affection et des raisons d'aimer la vie : en s'occupant des animaux de la ferme de pépé et mémé, en rêvant à la grande soeur de son ami Paulo, en faisant de la balançoire sur le cerisier planté au bord du gouffre...

Verdict : j'avais eu un gros gros coup de coeur pour L'Amour est une île. Les Déferlantes dorment sagement sur ma Pal en attendant le moment opportun. Mais quand j'ai trouvé d'occas ce livre, je n'ai pas hésité à l'entamer.
Je l'ai lu il y a quelques temps et je ne sais pas trop quoi en penser. Je ne suis pas entrer vraiment dedans. J'ai beaucoup aimé l'écriture, beaucoup compati aux malheurs de ce jeune garçon qui voit sa vie s'effondrer comme la falaise sur laquelle il vit avec des parents qui ne le comprennent pas et qui ne s'en occupent pas vraiment. Des grand-parents présents mais ça ne remplace pas. Une grande misère affective que les enfants ne devraient jamais connaître. Et pourtant depuis que j'ai changé de travail (oui encore j'aimais beaucoup le dernier mais faire 150km par jour et ne pas voir ses enfants..), des cas comme celui ci j'en vois beaucoup. Et non les enfants ne partent pas tous avec la même chance. C'est peut être pour cela que je suis passée à côté de l'histoire. Je n'aime pas trop les histoires où les enfants souffrent.
Ce roman est pourtant court et Claudie Gallay trouve les mots justes pour nous raconter l'histoire du point de vue de ce petit garçon.
Dommage je n'y suis pas arrivée; du coup il est parti rejoindre Liyah et j'espère qu'elle l'appréciera plus que moi.