Tandis que certains, je dirais plutot certaines se sont jetés sur Dirty Dancing pour le décès de Patrick Swayze, moi je me suis jetée sur La Cité de la joie mais le livre. D'abord (ne me jetez pas des pierres),  je n'ai vu Dirty Dancing qu'une fois, il y a 10 et deux mois pour être précise. Je n'en ai pas gardé un souvenir impérissable. J'ai largement préféré Point Break. J'ai donc voulu le regarder mais impossible de mettre la main dessus. Je me suis donc rabattu sur la Cité de la joie.

51RSRDF7KHL__SS500_

L'histoire: Lambert, jeune prêtre est envoyé par sa congrégation dans un slum en Inde, la Cité de la joie. L'arrivée de ce prêtre blanc venu pour vivre avec les pauvres ne va pas être facile car  il ne veut pas être un Père Noel. Il va falloir qu'il accepte la vie de la Cité de la joie, ses morts, ses misères mais aussi ses traditions, ses fêtes, tout ce qui fait du peuple indien ce qu'il est.
Hasari Pal et sa famille vont eux aussi rejoindre la Cité de la joie; paysan pauvre du Bengale chassé de sa terre par la sécheresse, Hasari va devenir un homme cheval, un tireur de pousse-pousse. La survie de sa famille dépend de ce qu'il envoie tous les mois au village  et il va devoir lui aussi lutter pour gagner difficilement la nourriture de sa femme et de ses enfants venus avec lui à Calcutta mais aussi et surtout payer la dot de sa fille, cette coutume ancestrale en Inde qui ruine bien des familles.
Le docteur américain qui vient rejoindre Lambert dans le slum n'est pas lui non plus au bout de ses peines! Max n'était pas préparé à une telle misère, une telle condition de vie, il se cherchait.
Ces destins se croisent dans la Cité de la Joie tout comme des milliers d'autres visages, du caid local aux petites soeurs de Mère Thérésa, des prostitués aux lépreux, des Hindous aux Musulmans. Une immense mozaique de couleur, de traditions, de religions.

Verdict : ce livre commence à dater c'est certain; il me semble qu'il a bientôt 30 ans mais il m'accompagne depuis des années. C'est plus qu'un coup de coeur. Il apporte beaucoup plus que le film qui ne peut que présenter qu'une partie de l'histoire celle de  Max. Il montre la vie et le dévouement des plus pauvres pour d'autres pauvres, de Bandona, de Marghareta et de tous les autres de tous ceux qui malgré tout se battent pour leurs frères de misère.
L' Inde il y a 30 ans bien sûr et ne connaissant pas du tout ce pays hormis les émissions télévisées je ne sais pas si tout a vraiment changé. Je l'espère mais n'en suis pas sûre. Ce livre c'est une leçon, une leçon de courage mais surtout une leçon d'Amour avec un grand A. Dominique Lapierre ne montre pas tout bien sûr mais on voit tout de même les horreurs de la société, le traffic d'enfants, la prostitution de ces mêmes enfants, les bagnes ateliers, le manque d'eau potable, la difficulté de vivre dans une société de castes où le karma explique tout et ne résoud rien.
J'ai toujours été attirée par ce pays ( mais pas Chéri) ce qui fait qu'il est loin derrière nos prochaines destinations mais lire ce livre m'apporte toujours un grand réconfort.
Bref un 5/5 récurrent malgré les années et les relectures.