Les Lubies de Noryane

25 avril 2018

Voyages

Juste pour info : nous avons voyagé 5 mois autour du monde et pour ne pas mélanger tout cela, un blog a  été créé et je mets l'adresse pour ceux qui  aiment aussi voyager 

 

 

Et si on partait faire un tour

Après Chiang Mai, nous passons encore une journée dans les transports pour partir vers le Sud. Notre premier stop est Ao Nang, près de Krabi où se trouve l'aéroport. Nous avons choisi un hôtel un peu + haut de gamme que d'habitude pour se poser vraiment. Nous faisons très peu de photos.

http://etsionpartaitfaireuntour.blogspot.fr


etsionpartaitfaireuntour.blogspot.com

 

je vais tenter de mettre à jour ces deux blogs ; déjà que j'avais du mal avec un ^^

 

Bonnes lectures.

Posté par noryane à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 avril 2018

Dernier Carnaval de Patrick Tringale

 

 

 

L'histoire : Alex, quarante ans, ancien militaire, se complaît dans une routine confortable entre sa pizzeria de Ménilmontant et ses aventures d'un soir. Jusqu'au jour où son petit frère, habitué aux embrouilles, va trop loin, provoque Korouma, le caïd du quartier, et se fait enlever. Pour le sauver, le deal est simple : Alex doit retrouver Gianluca di Franco, ami de Korouma et accessoirement braqueur de banque en cavale. Aux dernières nouvelles, il se cachait à Bélem, à l'embouchure du fleuve Amazone, au Brésil, mais il a disparu depuis trois mois.Malgré la crise, le pays est en fête, le carnaval approche et les bateaux remontant le plus grand fleuve du monde s'apprêtent à appareiller.Dans un pays partagé entre joie de vivre et corruption, policiers retors et réfugiés politiques amers, jungle des villes et forêt hostile, Alex va tout faire pour sauver son frère. Mais il n'est pas le seul à vouloir retrouver Gianluca...

 

Verdict : dans cet hiver qui n'en finit pas , une virée dans la chaleur tropicale du Brésil a été la bienvenue.

Alex se retrouve confronté à un terrible chantage : sauver son frère de la mort en échange d'un voyage au Brésil pour retrouver un ancien "ami" du maître chanteur.

Ayant peu de choix, Alex se retrouve à quelques jours du Carnaval au brésil; avec des contacts improbabales, une violence palpable, retrouver une homme dans ce payus n'est pas une mince affaires, surtout quand la vie de son frère est en jeu.

Beaucoup de rebondissements dans ce polar. On  alterne le présent et les flash back et on ne sais pas pas du totu où l'auteur veut nous emmener. Du sang, des larmes une histoire d'amour mais pas que!! Sur fond de recherche de cet homme, on voyage sur le fleuve, on se sent embarquer dans cette ambiance si particulière du voyage. Viennent se greffer dessus un certain nombre de voyous et Alex a du mal à s'y retrouver et à savoir qui manipule qui.

On retrouve beaucoup de notes historiques sur l'Italie, le Brésil, sur l'art aussi. Un bon mélange.

La fin est totalement imprévisible .

On sent que le livre pourrait être un scénario pour un film américain.

Un bon moment pour un roman qu'on ne lâche pas car on veut savoir!!!

 

je remercie Babelio et les éditions Le Masque pour ce très bon moment de lecture.

Posté par noryane à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2018

Auschwitz est mon manteau et autres chants tsiganes

 

Auschwitz est mon manteau. Et autres chants tsiganes par Stocka

 

L'histoire Elle dit que « le tournesol est la fleur du Rom », qu’elle est une Tsigane qui aime « la pluie, le vent et l’éclair, quand les nuage quent le ciel ». Elle dit qu’Auschwitz est son manteau et qu’elle ne connaît pas la peur car sa peur s’est arrêtée dans les camps. Elle dit que les notes de ses chansons en romani « sont toutes encore en désordre », mais que cela ne l’empêche pas de dire « Oui à la vie ». Elle, c’est Ceija Stojka, la première femme rom rescapée des camps de la mort à témoigner par l’art et par la poésie. Les poèmes de cette autodidacte ont été arrachés aux carnets où se mêlaient dessins, souvenirs de l’horreur, notes journalières et listes de mots allemands dont elle voulait apprendre l’orthographe. Publiés pour la première fois en France, ils révèlent une artiste majeure de notre temps. Merci, Ceija, d’avoir tellement donné.

Verdict :  une découverte étonnante que ce livre. Tout d'abord je lis rarement de la poésie. J'en ai beaucoup lu pendant mes études et y ai rarement trouvé ce que je cherchais.
Si je lis beaucoup sur la cette guerre qui  a tant marqué mes grands-parents (bien qu'ils n'en parlaient jamais), c'est rarement de la poésie.
D'autant plus que l'absence de ponctuation me trouble toujours beaucoup. J'ai donc du lire et relire à plusieurs reprises cette oeuvre singulière d'une survivante des camps qui a du jour au lendemain, eu besoin d'écrire apres des décennies de silence.  On sent que le besoin s'est fait irrépressible et que les mots sont jetés, qu'il faut qu'ils sortent impérativement. L'auteur y parle des camps mais pas que, sa vie et celle de sa communauté en général.
C'est un livre que je trouve un peu difficile d'accès, pour moi en tous cas.  Les mots sont simples mais profonds et on ressent l'ombre de l'horreur dans la plupart des poèmes. Au début j'avais envie d'écrire de l'espoir aussi mais derrière j'ai enchainé avec Hippocrate aux enfers et du coup j'ai eu du mal à retrouver le sentiment des espoirs des survivants.

Alors j'ai relu encore une fois (oui je persiste) et oui il y a de l'espoir malgré les horreurs et les morts, les disparus qui hantent certainement ces lieux mais aussi nos mémoires.

Ce livre m'a permis de prendre conscience une fois de plus de l'importance de ne jamais désespérer, de ne pas couper les liens avec les choses simples comme regarder les nuages et la nature en général.

Ce ne sera pas un coup de coeur mais une découverte , une belle découverte.

Je remercie Babelio et Masse critique et les éditions Bruno Doucey pour ce partage.

 

 

Posté par noryane à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juillet 2017

Le Protectorat de l'ombrelle : SAGA de Gail Carriger

 

 Résultats de recherche d'images pour « le protectorat de l'ombrelle »

Saga 

Sans âme

Sans forme

Sans honte

Sans coeur

Sans âge 

 

Verdict : les aventures de la demoiselle Tarabotti , sans âme de son état , devenue Lady Maccon suite à son mariage avec Lord Maccon, loup-garou, dirigeant le BUR .

Au XIX siècle , la reine Victoria fait preuve d ouverture d esprit en intégrant dans la société les créatures sur naturelles , vampires, loup-garous, fantômes ..

Son empire repose d ailleurs sur ces communautés puissantes bien que réduites en membres.

Lady Maccon a l air de s attirer les ennuis et les inimitiés les plus diverses de par sa nature peu commune qui rend les deux espèces vulnérables et permet aux fantômes de disparaître pour de bon.

Amour aventures, et humour sont au programme de cette saga que j ai beaucoup aimé. Bien qu ayant déjà lu des sagas ayant pour personnages de ce type, j ai lu toute la série d un coup car l humour omniprésent, ma capacité à imaginer tout ce que je lis ( comme tout lecteur je suppose ) et le caractère de note héroïne ont rendu cette série bien plus intéressantes que d autres. Je reproche souvent à ce genre un côté parfois vulgaire et du déjà vu.

Je me limite donc à Mercy Thompson et une ou deux autres. Meme si j essaye d autres séries de temps en temps, j ai rarement passe le tome 1.

Là pas du tout ; j ai tellement aimé le 1 que les suivants ont de suite rejoints ma PAL ; et ont été lus dans la foulée.

L Angleterre et sa bonne société, ses bonnes manières, sa mode, des convenances m ont beaucoup plu. Les descriptions étaient nombreuses sans prendre le pas sur l histoire et permettaient de s imaginer sans peine le décor. La mode aussi. 

Les personnages beaucoup plus profonds que dans de nombreux livres du genre.

Chacun cache une faille, souffrance ou autre. En amour, j ai apprécié que chacun puisse trouver chaussure à son pied; l homosexualite est présente chez tous les groupes sociaux présents. Et amene un supplément d acceptation et de tolérance dans cette société.

Les aventures se succèdent et hors mis le danger permanent sur les épaules de note lady, on ne s ennuie pas. Chaque tome apporte un niveau de compréhension au prétendent tout en amenant une nouvelle aventure.

Le fil conducteur reste l héroïne et son époux et ceux qui gravitent autour d eux; les personnages secondaires ne sont pas oubliés et aucun n est dénué d intérêt.

 

Vous l avez compris c est un coup de coeur pour toute la série et je ne peux que la conseiller. Et je vais de ce pas me renseigner sur l auteur.

 

Posté par noryane à 01:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2017

Histoires sardes d'assassinats, d'espèrance et d'animaux particuliers de Serge pey

Histoires sardes d'assassinats, d'espérance et d'animaux particuliers par Pey

L'histoireLe livre est divisé en 34 récits comme autant d'histoires authentiques d'une Sardaigne engagée et colorée, entre personnages inquiétants et intrigues comiques. On y rencontre un chimpanzé, Gramsci, des cochons, une sorcière, la mafia locale, un philosophe... 

Verdict : une nouvelle découverte offerte par Babelio et son célèbre Masse critique. Livre demandé au hasard parce que j'avais adoré notre séjour en Sardaigne et que je pensais découvrir des légendes ou histoires sardes.

Ma première réaction a été la surprise ; je ne m'attendais pas du tout à cela. Ces nouvelles ont suscité différentes réactions en moi. Si certaines m'ont plu, d'autres m'ont dérangée. Les différentes histoires ne m'ont jamais permises de me dire si tout était réel ou inventé. J'ai hésité à aimer, abandonner. J'ai carrément lutté pour le finir car j'étais fatiguée de ces histoires rocambolesques.

Donc je suis entre deux : le style m'a plu, fluide bien écrit et certaines nouvelles m'ont fait sourire. D'autres pas du tout; un univers masculin quasi uniquement; un peu violent. Mais en meme temps je pensais que la fin rejoindrait le début et non.

Je reste donc sur ma faim de découverte de la Sardaigne et sur un sentiment très mitigé.

Je remercie Babelio, Masse Critique et les éditions Le Castrol Astral pour ce livre.

Posté par noryane à 04:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 mars 2017

Avenue des mystères de John Irving

Avenue des mystères par Irving

L'histoire : lors d'’un voyage aux Philippines, Juan Diego Guerrero, écrivain américain célèbre et vieillissant, revit en rêves récurrents les épisodes de son adolescence au Mexique, à la lisière de la décharge publique de Oaxaca où lui et sa sœur Lupe ont grandi.

Infirme depuis le jour où une voiture lui a écrasé le pied, Juan Diego a en outre le cœur fragile; il prend régulièrement des bêtabloquants, qui le protègent des émotions, et occasionnellement du Viagra, car on ne sait jamais…

Des émotions, il en aura tout au long de son périple, notamment avec Miriam et Dorothy, mère et fille aussi désirables qu’inquiétantes.

Ballotté d’hôtels en aéroports, Juan Diego se remémore entre autres la mort de sa mère, femme de ménage chez les jésuites et prostituée à ses heures, « tuée » par une statue géante de la Vierge Marie; son adoption par un couple improbable rencontré dans un cirque, où son destin et celui de sa petite sœur extralucide basculent. Marqué par le hasard et l’inéluctable, ce destin s’accomplira peut-être dans une modeste église au fin fond d’un quartier pauvre de Manille.

Verdict :  une grande première pour moi car je ne connaissais pas du tout le monde de John Irving; le choix d'un livre audio est toujours un petit plus car je roule beaucoup. Il me semble avoir essayé de lire Le monde selon Garp mais n'avoir jamais fini donc je considère que je ne connais pas le monde de l'auteur.

En livre audio il est vraiment long; 44 chapitres ca occupe quelques heures; surtout que si on se déconcentre quelques minutes, il faut ré écouter.
Le livre alterne donc les passages entre la jeunesse du narrateur une décharge et son actualité, à savoir un auteur en voyage. Un auteur malade qui utise des bétabloquants mais un peu selon son bon vouloir.
Je suis mitigée; j'ai trouvé difficile d'entrer dans ce livre; en effet si l'enfance  et la prime adolescence m'intriguait et m'interessait réellement, le présent me passionnait moins; les rencontres passées me semblaient plus intéressantes que les actuelles. Les personnages de son passé m'ont paru plus attachants que le présent et c'est pour cela que je n'ai pas voulu lâcher mon écoute. Pour savoir si j'allais obtenir des réponses sur ce qu'il pouvait advenir aux personnages : la soeur de Juan Diego, le jeune jésuite etc..

Les thèmes abordés sont divers , mort, amour, sexe, religion, et se mélangent plus ou moins harmonieusement. C'est une vision assez particulière que nous donne l'auteur de ces différents thèmes.
Je ne suis pas sûre d'être le public dédié à cet auteur. Trop de choses se mêlent,  et trop de thèmes; les fantômes, ces deux "femmes", ne m 'ont pas particulièrement enthousiasmés.

Donc un roman foisonnant avec des personnages remarquables et haut en couleur mais je n'ai pas réussi à être fan malgré les points positifs.

Je remercie Babelio et les éditions Thèleme qui m'ont permis de découvrir Irving grâce à Masse critique.

Posté par noryane à 20:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2016

Ecoutez nos défaites de Laurent Gaudé

Ecoutez nos défaites par Gaudé

L'histoire : Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d'élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d'une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées. Les lointaines épopées de héros du passé scandent leurs parcours – le général Grant écrasant les Confédérés, Hannibal marchant sur Rome, Hailé Sélassié se dressant contre l’envahisseur fasciste... Un roman inquiet et mélancolique qui constate l'inanité de toute conquête et proclame que seules l’humanité et la beauté valent la peine qu'on meure pour elles.

Verdict : grâce à Masse critique de Babelio j'ai eu la chance de recevoir ce livre en version audio; je me suis découvert une véritable passion pour les livres audio récemment; j'ai 40 minutes de route pour aller travailler donc ca me laisse le temps d'écouter :)

Après avoir écouté Paranoia , L'Enquete Russe de Nicolas le Floch, Et puis Paulette (coup de coeur), j'ai donc écouté ma première histoire lue par une femme.

Ce qui m'a dérouté au début c'est sa façon de lire justement ; c'est le petit bémol , j'ai mis une bonne demi heure à passer au dessus du fait qu'il y avait un léger bruit qui me genait.

Et puis l'histoire a pris le dessus. Et j'ai adoré; c'était mon premier livre de Laurent Gaudé et ce ne sera pas le dernier; j'ai aime l'alternance des narrations; ces histoires qui se succedent pour ne former qu'une seule et même trame; ce que sont nos vies, nos victoires, nos défaites. Ces histoires d'hommes et de femmes qui luttent, cessent de lutter parfois puis se posent.

Une écriture qui touche, et la voix qui résonne. Et c'est ce que j'aime dans les livres audio; la voix du lecteur reste en moi longtemps avec les mots. C'est une voix off dans ma tête qui réapparait dès que je l'invoque et j'aime cela.

Un livre qui m'a permis de penser à ce que sont mes victoires personnelles mais aussi mes défaites.

Un grand merci à Babelio pour ce livre à Laurent Gaude pour l'avoir écrit et à Audiolib.

Posté par noryane à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juin 2016

Les moissons de l'absence de Nathalie Benezet

 

Les moissons de l'absence par Benezet

L'histoireUn vieil homme, Ben, meurt dans le foyer de travailleurs immigrés dont il partageait la vie. Personne ne connaissait son passé pas même son ami, Aksyl. Il ne reste de lui que quelques objets et un manuscrit.

Guilhem Pavel, élu au conseil municipal de Villeneuve-lès-Maguelone a souvent enterré des SDF. Après avoir lu le manuscrit, il ne se résout pas, cette fois, à enterrer cet homme “comme ça, comme s’il n’avait jamais vécu.

 

Verdict : un titre prometteur; alors mon avis est mitigé et je vais m'en expliquer.

J'ai adoré la lecture; les idées de fond sur la vie qui passe, sur notre société, sur l'impact de l'absence sur ceux qui restent. Une écriture fine et qui touche juste. Des sentiments forts vécus par des personnages très différents. 

Tout tourne autour de Ben : on ne sait pas grand chose de lui mais malgré cela sa présence est intense; présence paradoxale, puisqu'il brille surtout par son absence dans la vie de ses enfants. Présence pourtant par ses écrits mais absence par la dispersion de ces ecrits aux 4 vents.

Une centaine de pages qui passent très vite finalement, on se laisse vite entrainer par ce tourbillon de sentiments et c'est tout cela que j'aimé.

Alors pourquoi mitigé ? parce que j'ai fini de lire ce livre il y a longtemps mais je ne fais mon avis que maintenant. 

Et que j'ai du relire le 4 ieme de couverture pour me souvenir du sujet. Donc même si c'est une lecture que j'ai appréciée sur le moment, sur le moyen terme je ne l'ai pas gardée en mémoire.

Cependant je suivrai l'auteur sur ces prochains livres.

Je remercie Babelio, masse Critique et les éditions Chèvre - feuille étoilée pour cette jolie découverte.

Posté par noryane à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2016

Nos années sauvages de Karen Joy Fowler

Nos années sauvages par Fowler

L'histoireIl était une fois deux soeurs, un frère et leurs parents qui vivaient heureux tous ensemble. Rosemary était une petite fille très bavarde, si bavarde que ses parents lui disaient de commencer au milieu lorsqu'elle racontait une histoire. Puis sa soeur disparut. Et son frère partit. Alors, elle cessa de parler… jusqu'à aujourd'hui. C'est l'histoire de cette famille hors normes que Rosemary va vous conter, et en particulier celle de Fern, sa soeur pas tout à fait comme nous…

Verdict : je ne connaissais rien de l'histoire et quand j'ai su que Babelio m'avait sélectionnée ce titre, j'ai encore plus fermé mes oreilles.  J'ai vu qu'il y avait eu des larmes, des coups de coeur...

Rien de tout cela pour moi; je n'avais pas du tout compris la "nature " de cete soeur pas tout à fait comme nous: donc j'ai été "à fond " pour comprendre ce qui c'etait passé, la disparition, la colère, tout ce qui précède la révélation de la narratrice sur sa soeur.

J'étais partie sur une disparition en mode polar ( j'en lis beaucoup plus depuis quelques années) et sur l'impact psychologique sur la famille de Fern.

Du coup j'ai moins adhéré à la seconde moitié du livre sur la condition animale; non pas que le sujet ne m'interesse pas, mais je n'étais ps partie pour ce type d'histoire du tout. Je ne connaissais pas du tout ce genre d"'experience" familiale. Certes cela etait à d'autres époques et je ne pense pas ( mais au fond je n'en sais rien ) que ce soit toujours le cas. Je n'ose pas trop développer pour ne pas reveler le coeur de l'histoire.

J'ai été touchée par l'impact sur la famille, la psychologie modifée à jamais de deux enfants qui n'avaient rien demandé, les conséquences sur leur avenir aussi. 

L'écriture est agréable , la narratrice raconte sans sombrer sans le pathos, ou dans l'exces.

Un livre intéressant et dont je me souviendrai car j'ai appris beaucoup de choses mais ce n'est pas un coup de coeur.

Je remercie vivement Babelio Masse critique et les éditions Presses de la cité pour cette découverte/

Posté par noryane à 21:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2016

reflexion pour moi même

Il semble évident que j'ai laissé tomber ce blog; je n'ai pas arrete de lire ni de voyager mais j'ai arreté de partager.

 

Pourquoi? je  me suis posée beaucoup de questions d'une part et de l'autre, j'ai eu et j'ai encore l'impression de courir en permanence après le temps.

Courir : parce que j'ai un boulot avec des horaires tardifs , que ma journée commence avec les enfants pour retourner à la maison vers 20h et enchainer avec la vie de famille , ménage etc... le temps semble se rétrécir pendant que les filles  qui sont devenues Ninette pour ma grande et Pounette pour ma petite, continuent sans pitié de grandir et j'ai déjà l'impression qu'elles s'echappent.

Questions : sur la légitimité de partager mon avis; dans une socité où les blogs ont fleuri, où certains blogueurs ont vu leur vie changer, leur blog devenir un "métier", je me pose plein de questions. Sur notre société, sur l'impact de l'internet qui nous parait tellement libre alors que selon moi , notre liberté se restreint de plus en plus au quotidien. Mes questions restent sans réponse,  et certaines réponses sur la liberté me font carrément peur.

Alors pouquoi repasser ici : parce que de plus en plus j'ai envie de changement, de changer , ne serait ce que temporairement de vie.

Depuis toujours j'ai eu envie de partir, loin, mais à l'époque de ma loiiiintaine jeunesse, partir ce n'etait pas aussi simple qu'à présent; d'abord parce qu'internet n'existait pas, parce que se renseigner ce n'etait pas si facile et parce que on se trouve plus facilement des excuses quand on doute.

Puis la vie m'a remise dans le moule, mariage enfants, maison, travail, vacances aussi. Je ne me plains pas, j'ai beaucoup de chance d'avoir tout cela.

Cependant ce n'est pas la vie que j'ai envie de montrer à mes enfants.

Alors SI ON PARTAIT ????

Posté par noryane à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]