L'histoire : Quatre enfants, quatre animaux tatoos légendaires, unis par un même destin : combattre la menace qui pèse sur le monde d'Erdas ! Dans le monde d'Erdas, lors d'une cérémonie célébrée pour leur onzième anniversaire, quatre enfants issus de milieux et de continents différents font apparaître leur animal tatoo, réincarnation de l'animal mythique de leur pays. Conor, fils de berger, invoque Briggan, le loup aux yeux violets ; Abeke, fille d'un chef africain, la panthère noire aux yeux verts émeraude nommée Urazza ; Meilin, fille du grand général Chin, le panda aux yeux bleus, Jhi, ; enfin, Rollan, orphelin et vagabond, invoque Essix le faucon femelle. Les voilà unis à jamais à leur animal tatoo qui leur permet d'aiguiser leurs sens et leur donne des pouvoirs particuliers. Les voilà unis par un même destin : affronter une force obscure surgie du passé qui vient de se réveiller, avec, à sa tête, une créature au nom évocateur : le Dévoreur. Avec l'aide des membres de la corporation des Capesvertes, sortes de chamans, les quatre élus vont apprendre à évaluer leurs nouvelles aptitudes et communiquer avec leur animal afin de combattre les ennemis qui veulent détruire leur monde.

Verdict : l'auteur ne m'etait pas inconnu et c'est pourquoi j'ai demandé ce titre lors de Masse Critique de Babelio. Si le début m'a semblé un peu poussif et m'a rappelé Pullman, je me suis laissée entraîner dans l'histoire plutôt destiné à un jeune public.
Après la présentation de nos 4 héros, on se retrouve projetter au coeur d'une guerre dont ce tome 1 ne révèle qu'une partie des tenants et des aboutissants et dont même les protagonistes ne sont pas tous connus. Et c'est cela que j'ai bien aimé; le trouble sur chacun; et puis j'aime bien le côté relationnel enfant/animal et aussi adulte/animal. Chaque jeune héros a déjà les contours de caractère différent mais bien trempé qui se dessinent. Et je pense que je lirai la suite avec plaisir avant de passer cette saga à mes  nièces qui correspondent plus au coeur de cible. Une bonne découverte donc.

Et je remercie vivement Babelio et Bayard Jeunesse pour cet envoi.