Couverture En même temps, toute la terre et tout le ciel

L'histoire : Baie Desolation, Colombie britannique, Canada, 2011

Écrivain privée d'inspiration, Ruth découvre sur une plage un sac abandonné. Sans doute un des multiples restes du tsunami de 2011, qui s'échouent régulièrement sur les plages canadiennes.
Mais ce sac cache bien des secrets : à l'intérieur, un bento Hello Kitty qui renferme un journal intime, reprenant la couverture originale de À la recherche du temps perdu, mais aussi un vieux carnet et quelques lettres illisibles.
Piquée par la curiosité, Ruth entreprend de résoudre l'énigme et de traduire le journal. Elle découvre l'histoire de Nao Yasutani, adolescente japonaise de seize ans.
Dans l'univers feutré de leur maison canadienne, Ruth et son mari, Oliver plongent dans l'intimité d'une jeune fille déracinée qui, après une enfance passée dans la Silicon Valley, a dû regagner Tokyo, sa ville natale, terre inconnue dont elle ne maîtrise pas les codes.
Un retour brutal, le début du calvaire pour Nao : humiliée par ses camarades, la jeune fille se réfugie un temps chez son arrière-grand-mère, Jiko, fascinante nonne zen de 104 ans, ancienne anarchiste féministe, qui vit dans un temple près de Fukushima. Là, Nao apprend à être attentive à l'instant présent, à écouter les fantômes. Celui de son grand-oncle, Haruki Ier.
Nao va mieux, jusqu'à ce jour tragique à l'école. Privée de tout lien avec ses parents, la jeune fille dérive de nouveau. Au risque de se perdre complètement…

À des milliers de kilomètres, Ruth n'a qu'une obsession : sauver Nao. Mais comment la retrouver ? De quand date ce journal ? Ce peut-il que la jeune fille ait disparu, emportée par le tsunami ?

Verdict : J'étais à la fois un peu réticente et très curieuse quand j'ai choisi ce roman pour Masse Critique de Babelio; réticente parce qu'il est noté " dans la lignée de Murakami" et comment dire , ma première rencontre ( et dernière pour l'instant) avec cet auteur n'a pas été un succès..;pour ne pas dire que je n'ai pas compris et que je me suis fortement ennuyée..

Curieuse parce que j'en entends parler un peu partout et que c'est à cela, selon moi que servent les Masses critiques, à faire des découvertes pas simplement à choisir le livre qu'on avait décidé de lire de toutes façons.

Revenons à ce roman; déjà l'écriture m'a beaucoup plus, je ne me suis pas lassée du tout; j'ai pris mon temps pour le  lire, j'ai essayé de ne pas le lire d'affiler et pourtant la curiosité ne m'a pas lâchée de savoir où on allait atterrir en compagnie de Ruth et de Nao. Car ces deux vies si différentes de la jeune ado japonaise et de l'écrivain sur son île se rapprochent plus qu'on ne croirait.
Ruth vit sur une ile depuis 15 ans avec son mari; une vie choisie mais une vie pas toujours évidente à supporter entre isolement, solitude et peur; Nao quant à elle est une jeune ado qui revient vivre au Japon avec ses parents après avoir passé la majeure partie de sa vie aux USA.
Ce retour est très difficile pour la jeune fille victime de sévices très violents de la part de ses camarades.
Les destins se croisent lorsque Ruth découvre sur la plage le journal de la jeune fille ainsi que différents objets lui appartenant; Ruth lit le journal et s'attache à la jeune fille qui raconte sa vie, celle de sa famille et de son incroyable grand-mère; une saga familiale qui influence la jeune fille. Et un journal qui influence la vie de Ruth qui s'implique fortement dans cette vie si éloignée de la sienne.

Beaucoup de choses m'ont plu dans ce roman; je n'ai pas vraiment trouvé de poésie à l'intérieur mais j'ai vraiment beaucoup apprécié ce roman qui m'a fait découvrir des pans de la vie japonaise que je ne connaissais pas; et il ne faut pas se leurrer, ce que vit la jeune ado existe bel et bien et ce n'est pas forcément facile à lire. Mais malgré tout on avance à ses côtés, on chemine avec elle. De l'autre côté, Ruth n'apprécie pas forcément tous les aspects de sa propre vie et l'apparition de ce journal lui ouvre une porte sur le monde.

Un roman que je conseille, un roman assez lent et peut etre avec une ou deux longueurs ( sur la fin) mais que j'ai beaucoup aimé.

Un grand merci à Masse critique et Babelio bien entendu pour cette belle découverte.