Après la lecture de Laver les ombres, Leiloona m'avait conseillé Les Demeurées.

41E6HSEWK2L__SS500_

L'histoire : dans un petit village, la "demeurée' a eu une fille Luce. Sans se parler, sans mots, elles vivent un amour intense, loin du monde ou presque, relié par un mince fil, le travail de bonne de la mère. Mais Mademoiselle Solange une institutrice à l'ancienne qui pense que le savoir est mère de tout va venir contrarier ces deux vies arrimées l'une à l'autre. Comment comprendre ce monde si clos qui suffit tant à cette mère et sa fille...comment comprendre le mal que l'on peut faire en prenant à coeur l'envie de transmettre son savoir....

Verdict : pour la deuxième fois, l'écriture de Jeanne Benameur entre totalement;  j'ai lu ce court récit en une petite heure; ce n'est pas besoin de préciser que j'ai encore adoré; et pourtant encore une fois j'ai pleuré comme une madeleine et je redoutais ce livre pour cela. Cette écriture si poétique, cette façon si touchante de décrire cette relation fusionnelle entre la mère qui ne peut s'exprimer par des mots et la fille qui contre son gré voit le monde extérieur rentrer dans sa vie petit à petit par le biais de l'école. Des personnages entiers, bruts, poignants..
Comme la première fois j'ai l'impression d'entrer dans le roman, de le vivre pleinement, d'être la mère qui aime passionnement mais confusément, de la fille qui ne veut pas faire pénétrer quoique ce soit entre elle mais qui ne peut s'empecher peu à peu de s'ouvrir, de cette institutrice si pleine de convictions mais qui les voit s'effriter contre ce mur invisible que forment le couple mère-fille. Bref un nouveau moment plein d'émotion.

Je remercie encore Leiloona pour son conseil.